Sci-tech

16:55 10.02.2019 (mise à jour 17:01 10.02.2019) URL courte

Les chercheurs ont trouvé des moyens de construire des stations spatiales sur les astéroïdes et d'exploiter les gisements de minerai qu'ils contiennent. Leurs mines sont si riches qu’elles peuvent offrir à chaque habitant de la planète 100 millions de dollars (environ 88 millions d’euros).

Les scientifiques ont formulé des propositions pour la construction de futures stations spatiales dans les astéroïdes. Selon de nouvelles recherches, de futures missions exploratoires sur les stations spatiales pourraient avoir lieu dans les gros astéroïdes. Cette approche peut aider à résister aux effets néfastes de l’apesanteur et à gagner des minéraux.

L’intérêt des astéroïdes dans l’industrie minière pour transporter des minéraux sur la terre s’est accru ces dernières années. Selon les calculs de la NASA, les mines d'astéroïdes seraient suffisamment riches pour distribuer 100 millions de dollars (environ 88 millions d'euros) à chaque habitant de la Terre. Pouvoir exploiter les gisements de minerai sur les astéroïdes pourrait potentiellement fournir des ressources essentielles aux missions spatiales sur de longues distances et aux installations en route.

Cette idée se heurte toutefois à un inconvénient particulier: l’apesanteur. Il est extrêmement difficile de manipuler un marteau-piqueur dans un espace libre de gravité. Des scientifiques de l'Université de Vienne en Autriche affirment avoir trouvé une solution: utiliser la rotation rapide de l'astéroïde pour créer une gravité simulée.

"Si nous pouvons trouver un corps céleste raisonnablement stable, nous n'avons pas besoin d'installer des murs en aluminium ou en un autre matériau, car il serait possible d'utiliser l'astéroïde entier pour construire une station spatiale", a-t-il déclaré. Dr. Thomas Maindl chez New Scientist.

Les calculs mathématiques effectués par les chercheurs montrent que l'astéroïde doit être en pierre solide et doit pivoter une à trois fois par minute, créant une force gravitationnelle correspondant à environ 38% de celle de la Terre et comparable à celle de Mars. Une telle tentative implique d’autres facteurs difficiles, mais M. Maindl pense que l’idée se concrétisera dans un avenir proche: «Mon sentiment instinctif est qu’il faudra au moins 20 ans avant que l’exploitation des astéroïdes ne commence.