France

09:22 11.02.2019URL court

Après 13 semaines de mobilisation des manteaux jaunes, les responsables des grandes villes ont convoqué dimanche une "réunion d'urgence" pour le gouvernement, compte tenu des "dommages subis par les habitants et les commerçants".

L'association France Urbaine, qui regroupe les villes et les grandes villes du pays, a convoqué ce dimanche une réunion d'urgence avec le pouvoir exécutif sur l'impact des manifestations de gilets jaunes sur leurs entreprises et leurs habitants.

"Tous les samedis pendant 13 semaines, les commerçants et les habitants des grandes villes sont pris en otage par des bandits en marge des vestes jaunes", a déclaré l'association dans un communiqué.

"L'impact sur les contribuables locaux (détérioration des biens publics, mobilisation des services municipaux et des forces de l'ordre) et sur les entreprises (dommages, perte de revenus, pertes d'emplois) s'élève à des millions d'euros", a-t-elle déclaré.

Paris, Nantes, Rennes, Rouen, Bordeaux, Lyon et Dijon figurent parmi les métropoles frappées depuis le début du mouvement de protestation le 17 novembre.

Le conseil d'administration de France Urbaine demande au Premier ministre Philippe Philippe de s'entretenir avec le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et la ministre des espaces de cohésion, Jacqueline Gourault.

Cette réunion a pour objectif "de définir les conditions d'indemnisation et de soutien au nom de la solidarité nationale".

Le 26 novembre, Bruno Le Maire a annoncé une série de mesures (accélération des indemnités pour polices d'assurance, facilités bancaires, échelonnement des échéances sociales et fiscales) pour licencier les entreprises affectées par la perte de ventes liée au mouvement. Environ 4 500 entreprises ont depuis demandé des allocations de chômage à temps partiel.