Les Américains l'ont toujours démontré au fil des siècles, le pays est possible de l'autre côté de l'Atlantique. La viande de laboratoire sera bientôt disponible sur le marché et l'équipe nord-américaine de Quidditch a été sacrée championne du monde 2018. Néanmoins, certaines histoires ne ramènent pas nécessairement l'arme du pays de la liberté. Le dernier en date vient de Tiverton, dans le Rhode Island, où une Américaine âgée de 21 ans a épousé sa poupée zombie de 37 ans.

Crédit: Agence de presse Caters

Le dicton continue pour toujours, l'amour est aveugle. Après quatre ans de relation, Felicity Kadlec a finalement dit oui à sa femme Kelly Rossi, une poupée zombie. La cérémonie a eu lieu à Tiverton en septembre dernier, à l’intention de quatre amis et de huit autres poupées. Les deux tourtereaux vivent dans la petite ville de Vinita, dans l'état de l'Oklahoma.

Crédit: Agence de presse Caters

À l'âge de 13 ans, Felicity Kelly s'est rendue pour la première fois sur un site dédié aux étranges poupées. tellement obsédé par les films d'horreur et les poupées zombies.

"À l'âge de 16 ans, j'ai commencé à avoir des sentiments pour elle, mais j'ai essayé de le nier. Quand mon père est décédé l'année dernière, je me suis rapproché de Kelly et j'ai trouvé du réconfort parce que cela avait été apporté par mon père. Je me suis finalement permis d'être ce que je suis vraiment et d'extérioriser mes sentiments et même si tout le monde n'approuve pas ma vie amoureuse, je ne me suis jamais senti aussi bien. Quand j'ai commencé à être plus confiant dans notre relation, je savais que je devais épouser Kelly, mais j'ai décidé d'attendre jusqu'en septembre, car c'est le mois de nos deux anniversaires, alors je savais que ce serait spécial.. "

Felicity ne le cache pas, sa relation avec Kelly n'est pas platonique : "Je suis intime avec Kelly – je la caresse et je me sens en sécurité avec elle. Je ressens une véritable connexion avec elle lorsque nous partageons un moment intime avec moi et elle".

Crédit: Agence de presse Caters

Crédit: Agence de presse Caters

Crédit: Agence de presse Caters