Le chef des patriotes a encore une fois essayé de prouver la proximité des gilets jaunes. Cette fois, lors d'une intervention au Parlement européen, il cachait un hommage à l'hommage rendu aux protestants "mutilés".

Lundi 11 février, parlant pour le Parlement européen, alors que "le droit de manifester pacifiquement et l'utilisation proportionnelle de la force" étaient à l'ordre du jour, a déclaré Florian Philippot, président du parti Les Patriotes, son soutien aux gilets jaunes blessés lors des manifestations. .

Il portait un gilet jaune et dissimulait également un œil, à la manière du geste utilisé par les gilets jaunes en l'honneur des victimes des violences policières.

"C'est à l'appui des nombreux mouvements de gilets jaunes mutilés en France que je prends ce geste, ils se servent d'eux-mêmes, ainsi que de tous ceux qui ont perdu un œil lors des manifestations", a-t-il déclaré.

L'eurodéputé a également mentionné les noms des manifestants affectés par des LBD, des grenades ou des grenades lacrymogènes, y compris Jerome Rodrigues.

En même temps, Philippe lui a assuré qu'il ne défendait pas "des criminels et des voleurs" qui, selon lui, "repoussent la mobilisation sociale". Il a également condamné "un pouvoir qui est à distance" et "donne des illusions, des ordres irresponsables et insensés au peuple", et voit dans ces incidents "la violence d'un ordre financier qui s'exprime".

"Longue vie aux vestes jaunes, au RIC pendant longtemps, à la république sociale pendant longtemps et au Frexit pendant longtemps", at-il conclu.

Florian Philippot a présenté fin novembre la marque "Gilets jaunes" à l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi). Plus tard, il a exprimé sa volonté de constituer une "liste hybride" avec les vestes jaunes aux élections européennes de mai 2019.