Lors de l'acte 13 à Toulouse, un policier a été filmé avec une réponse inattendue à trois journalistes qui se sont plaints d'avoir été attaqués à la grenade par des grenades tout en s'accroupissant, loin des manifestants. Il leur a proposé d'aller en Corée du Nord. L'un des photographes affirme avoir été blessé.

Les trois journalistes, Valentin Belleville, Ulrich Lebeuf travaillant pour Libération et Eric Lerbret, affirment qu'ils ont été "délibérément" pris pour cibles par la police lors de l'acte 13 des Gilets jaunes à Toulouse. Selon les reporters photo, bien qu'ils soient isolés et facilement identifiables, la police leur a lancé deux grenades qui ont blessé M. Belleville. Ce dernier a ensuite envoyé un message sur Facebook avec les détails de l'incident.

Peu de temps après l’incident, l’un des reporters s’est adressé à un policier de la Crime Squad (BAC) pour lui demander des explications. La réponse qu'il avait entendue, cependant, était inhabituelle. Filmé par NFCA Media, ce dialogue a ensuite été publié sur Facebook.

"Vous pensez que c'est normal, nous sommes trois journalistes isolés" lors de la manifestation des Gilets jaunes, a déclaré un journaliste au policier du BAC.

"Ne devrait pas vous isoler", répond-il.

Et d'ajouter:

"Et quand nous sommes avec les manifestants, nous obtenons la même chose."

"Cela fait 20 ans que je m'acquitte de cette tâche, je suis dans la zone de conflit", répond le journaliste.

"Pourquoi ne partez-vous pas en Corée du Nord?", A déclaré le responsable.

"Je ne parle pas de ça, nous sommes trois isolés, identifiés, nous prenons deux grenades de défense, et j'ai un homme qui est blessé", a déclaré le journaliste.

Selon les médias français faisant référence aux trois journalistes, ces derniers ne comprennent toujours pas pourquoi la police les a attaqués. Ils ont déjà fait une déclaration auprès de l'IGPN et vont porter plainte.