Yves Lefèvre, secrétaire général du syndicat Unity-SGP Police for, comptait à CNews sur l'accident avec le gilet jaune pour l'Assemblée nationale dans l'acte 13, qui lui a coûté un coup de main. Selon lui, le jeune homme savait qu'il s'agissait d'une grenade et que "c'était bien fait pour sa bouche".

Le secrétaire général du syndicat Unity-SGP Police Fo a commenté pour CNews la vidéo dans laquelle un manifestant avait pris une grenade avant qu'elle n'explose à la main lors de l'acte 13 des Gilets jaunes à Paris.

"Il cherche sa perte du type, après un moment il faut dire que si la grenade lui était directement entre les mains, oui, on pourrait poser des questions, mais là il se penche, il récupère [la grenade, ndlr]. Je serai très brut, mais c'est bon pour sa bouche ", s'est indigné M. Lefevre.

Un gilet jaune, également invité au tournage, répondit alors: "Mais s'il ne sait pas que c'est une grenade? Peut-être qu'il ne sait même pas qu'il va exploser." M. Lefèvre n'était toutefois pas convaincu: " Arrêtez de vivre dans le monde des "Bisounours".

Après la fureur des internautes autour du silence de Christophe Castaner sur le manifestant mutilé devant l'Assemblée nationale, il a déclaré regretter cet accident, avant de préciser qu'une enquête judiciaire était en cours.

De nombreuses versions de ce qui s'est réellement passé devant l'Assemblée nationale ont été diffusées dans la presse et sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités politiques et commentateurs ont déploré une nouvelle mutilation dont les circonstances ont été remises en cause. Certains médias affirment qu'il n'était pas un manifestant du voile jaune, mais un journaliste, car il ne portait pas de gilet jaune mais un brassard autour du bras.